Amis lecteurs,

Vous qui suivez ce journal un rien foutraque, enthousiaste, qui relate avec presque trop d’incrédulité l’aventure formidable vécue chaque jour, vous nous demandez parfois, mais qui parle? ah, oui, qui parle? Qui relate et choisit les faits qui émaillent ce récit de déjà quelques semaines?

C’est le récit à plusieurs voix d’une équipe… le récit de ceux qui accompagnent ce film chaque jour, qui écrivent son histoire. De leur présence, de leur attention, de leurs humeurs… Chaque pierre apportée par chacun d’eux construit le projet qu’un homme avait en tête et auquel il voulait voir prendre vie. Ce que chacun vient apporter est une part du puzzle construit sans excès de confiance, sans certitude, juste dans l’idée partagée d’un espoir commun, celui d’avoir entendu et compris l’autre et d’avoir su apporter une réponse possible aux doutes et aux questions. Quelle histoire…

Quelques photos, laissez vous porter…

La répét...

La répét...

Jouez au jeu des sept erreurs…

img_42591

Les (presque) mêmes, en costume....

C'est bien à lui qu'on a confié l'image.....

C'est bien à lui qu'on a confié l'image.....

Et à son aide de camp...

Et à son aide de camp...

A eux la production...

A eux la production...

....à cet homme la régie...

....à cet homme la régie...

Et la beauté confiée à Marie-Laure...

Et la beauté confiée à Marie-Laure...

Et une pensée à tous ceux qui ne sont pas sur les photos aujourd’hui, qui y seront demain…

Bonne nuit (de Sister welsh)....

Bonne nuit (de Sister welsh)....

Publicités

Bonjour à vous tous, équipe du film que j’ai quittée hier.

Vous écrire que : partager ces quelques semaines en votre agréable compagnie sur  » les nuits de Sister Welsh » a été un cadeau rare et précieux.
Hier, vous m’avez touchée avec le bouquet de fleur et les applaudissements au dernier plan de la « chef déco »…. Pendant une fraction de seconde j’ai eu le sentiment d’être une diva…. Hum hum délicieux, on y prendrait vite goût !

Ce film, j’ai commencé à le rêver aux côtés de Jean-Claude et Caroline il y a environ quatre ans, à la genèse de son histoire, quand Emma vivait encore en HLM de banlieue et était baby sitter chez Catherine, quand, dans le couvent de Sister Welsh il y avait encore une grande buanderie fumante et que tous les décors étaient pensés en studio : dessinés, construits, peints, patinés, meublés, accessoirisés etc…
Le temps a passé et le chemin nous a conduit à un petit film fauché…
J’ai fait alors mon deuil des rêves et des grandeurs.
Les moments que j’ai échangés à vos côtés en studio  » Blue screen » avec le réfectoire, la prison, les couloirs, amazone room etc… étaient a mes yeux habités par les murs que j’avais imaginés pendant les années précédentes !
Comme quoi, ce film n’est pas un film de décorateur, mais un film de metteur en scène, d’acteurs et à mes yeux, de rencontres humaines si précieuses par les temps qui courent.
Cher Jean-Claude, chère Caroline grâce a vous, j’ai réussi a m’adapter à la nouvelle écriture et économie du projet en y trouvant même une jolie dose de bonheur. Merci.
Je vous embrasse et vous envoie mes meilleurs regards, encore une fois, je suis très heureuse d’avoir partagé ce temps à vos coté et d’être restée sur ce navire !

Stéphane Lévy chef décoratrice virtuelle de Sister Welsh.

Stéphane et le décors de la chambre d'Emma

Stéphane et le décor de la chambre d'Emma

Détail de la décoration de la chambre d'Emma

Détail de la décoration de la chambre d'Emma


Là aussi...

Là aussi...


Quel est donc le bateau que voit Sister Welsh ?

Ci-dessous quelques images de de bateaux anciens que nous verrons au loin, dans la lunette du Professeur Glencoe… Votez pour vos préférés et aidez-nous à choisir. Si vous avez des suggestions, des dessins, des photos à nous proposer, n’hésitez pas ! Nous vous ferons état du résultat de vos suggestions…

Sister Welsh et le Professeur Glencoe

Sister Welsh et le Professeur Glencoe

Bato 1

Bato 1

Bato 2

Bato 2


Quel Satellite veille sur Emma ?

Laurent Delbecque (Fabrice) et Louise Blachère (Emma)

Laurent Delbecque (Fabrice) et Louise Blachère (Emma)

Nous avons définitivement abandonné le studio, les fantasmes d’Emma, et tournons maintenant les séquences réelles contemporaines, dans les rues et un appartement du 16ème arrondissement. En attendant quelques photos de ces séquences, je vous propose de participer à une recherche pour aider notre réalisateur et nos infographistes… Nous devons imaginer le satellite qui veille sur les devoirs d’Emma, ainsi que la caravelle sur laquelle navigue l’amoureux de Sister Welsh, le Captain Grant… Alors, vous trouverez ci-dessous quelques images de satellites, et de bateaux anciens que nous verrons au loin, dans la lunette du Professeur Glencoe… Votez pour vos préférés et aidez-nous à choisir. Si vous avez des suggestions, des dessins, des photos à nous proposer, n’hésitez pas! Nous vous ferons état du résultat de vos suggestions…

Satellite 1

Satellite 1

Satellite 2

Satellite 2

Satellite 3

satellite 3

Satellite 4

Satellite 4

Satellite 5

Satellite 5

Satellite 6

Satellite 6


Anne-Lise, la deuxième assistante réalisation nous concocte chaque jour avec Nicolas Saubost, le premier assistant, une feuille de service personnalisée. On n’y trouve pas encore de recette de cuisine, mais ça ne va certainement pas tarder. Lundi, tournage de la séquence 58. Anne Brochet, qui joue maintenant le rôle de Catherine, se rappelle d’un poème que l’homme qu’elle aimait lui avait appris. Nous avons donc sur la feuille de service, les précisions qui permettent à toute l’équipe de savoir qui est le poète en question. Je vous livre et le poème, et les notes de la feuille de service.

O Captain ! My Captain ! Our fearful trip is done…
The ship has weather’d every rack, the prize we sough is won. The port is near, the bells I hear, the people all exulting, while follow eyes the steady keel, the vessel grim and daring.
But O heart ! heart ! heart !

« O Captain ! My Captain ! » est un poème de Walt Whitman. Il fut composé en hommage au président des États-Unis Abraham Lincoln, assassiné en 1865. Le poème parut la même année dans un appendice au recueil Leaves of Grass.

Walt Whitman était un poète et humaniste américain, né à Long Island.
Il naquit le 31 mai 1819, dans une famille nombreuse. Il suivit six ans de scolarité seulement, avant d’entrer comme apprenti dans un atelier d’imprimerie.
En 1835 il devient instituteur et fonde le journal The Long-Islander. Il continua d’enseigner jusqu’en 1841, puis il s’installa à New York comme imprimeur et journaliste.

Les discours politiques écrits par Whitman attirèrent alors l’attention, ce qui lui permit d’avoir divers emploi dans plusieurs journaux. A la Nouvelle-Orléans, il découvrit alors le marché aux esclaves. C’est là qu’il se mit à écrire des poèmes, et bientôt cette activité supplanta toute autre. Il publia un certain nombre de nouvelles, dont The Child’s Champion qui est souvent republiée depuis.

Sa plus grande œuvre reste Leaves of Grass, auto-publié en 1855, qui ne connut pas un succès immédiat. Ce n’est qu’à la septième édition en 1881, que le recueil de poèmes s’est épaissi et connu le succès.

Whitman mourut le 26 mars 1892 et fut inhumé au cimetière d’Harleigh, sous une tombe conçue par lui.

Merci à Anne Lise et Nicolas!

Et bon tournage lundi.

Anne-Lise

Anne-Lise et Loriana

Nicolas, au clap.

Nicolas, au clap

La lettre d'amour de Captain Grant.

La lettre d'amour de Captain Grant


Hier était notre premier jour hors du studio. Fini le fond bleu. Tournage avec caméra embarquée dans une voiture et Anne Brochet au volant… ils ont réussi à semer le reste de l’équipe et les voitures censées les encadrer… Encore une belle journée, le soleil avait décidé d’être avec nous pour cette première sortie.

Pour la première fois, la journée s’est arrêtée avec cinq minutes de retard sur l’horaire prévu. Notre réalisateur préféré a juré qu’on ne l’y reprendrait plus …

Voilà encore une semaine qui s’achève avec le sentiment que tout va trop vite. Il ne reste que trois jours de tournage avec Anne Brochet…

Louise Blachère, notre adorable Emma, a commencé. Ainsi que Laurent Delbecque qui joue Fabrice.

Je vous livre quelques photos des derniers jours en studio.

sister-welsh-00068

Les Amazones... Brigitte Barilley, Sophie Berge, Sylvie Dupasquier, Caroline Riou, Diane Stolojan

Leur Reine... et le réalisateur

Leur Reine (Anne Brochet)... et le réalisateur (Jean-Claude Janer)

Emma (Louise Blachère) rêve d'amour avec Fabrice (Laurent Delbecque)

Emma (Louise Blachère) rêve d'amour avec Fabrice (Laurent Delbecque)


Ainsi tout s’anime et se détache.
Tout se forme et se déforme.
Tout reste fidèle et se désunit pourtant.
Ces paradoxes ne sont pas des écarts douloureux. Ils inventent une énigme.
Toute l’équipe qui travaille à ce film participe à l’énigme.
Apparemment, aucune clé, aucun raisonnement méthodique ou intuitif ne tendraient à la résoudre.
Succès ou insuccès futurs au bout du chemin.
Comme un code secret qui le resterait à jamais et dont personne ne connaîtrait la combinaison, les chiffres magiques.
Personne pour savoir ouvrir le coffre-fort.
Mais dans le coffre-fort, sûrement une bouteille scellée, avec un message à l’intérieur.
Il suffit que chacun l’écrive de sa propre plume et l’énigme est levée.
L’énigme disparue, il ne reste alors qu’un mot d’amour, une bouteille à la mer.

Bien à vous.

Jean-Claude Janer
Réalisateur des « Nuits de Sister Welsh »

Jean-Claude Janer


Tourné en HD avec la Red One R3D et une estimation d’environ 30mn (1/3 du film) de trucages, incrustations et compositing pour les décors, plus plein d’effets divers, le film combine des techniques qui en font une première dans la production des longs-métrages français. La chaîne technique, autrement dit le « work flow » qui doit être validé des premiers essais jusqu’au retour sur pellicule 35mm (« shoot » ou « kinescopage ») a été à la fois un casse tête pour la production et  un joli terrain de jeu pour les techniciens, bref, un défi artistique à relever pour nous tous. Comme vous le verrez sur les photos ci-dessous, les 9 premiers jours de tournages ont été faits en blue box (sur fond bleu) et les décors seront incrustés ensuite. Cette décision du metteur en scène (Jean-Claude Janer) est née de nombreuses inspirations, dont la plus importante se rapporte aux trucages réalisés en son temps par Jean-Christophe Averty. Un mélange de rêves, de naïveté et d’immense créativité. Cette atmosphère rendue par des personnages tournés en réel et incrustés sur les paysages immobiles restitueront au mieux l’univers d’Emma, l’adolescente aux visions romanesques et exaltées. Les trucages doivent se voir mais être dans le même temps parfaitement exécutés. Bonjour la prise de tête… Un premier exemple ci-dessous qui a valeur de test, réalisé par le photographe de plateau, Jean-Claude Lother. La réalisation de trucages définitifs par les infographistes ne commencera qu’après le tournage. Voici ce premier essai:

Tournage en studio sur fond bleu. Sister Welsh (Anne Brochet) vogue sur la mer...

Tournage en studio sur fond bleu. Sister Welsh (Anne Brochet) vogue sur la mer...

Intervention trucage:

On rajoute la mer ou le décor et  les ambiances pour créer la scène finale

On rajoute la mer ou le décor et les ambiances pour créer la scène finale

Vous pourrez imaginer vous mêmes les décors à venir sur les photos suivantes; mais avant celà, pour terminer ce soir ce chapitre technique, un immense bravo à Fabien Lamotte (directeur de la photo) et tous nos remerciements pour leurs conseils et leur soutien à Frédéric André (TSF) Pascal Buron et Guillaume (TSF Data/traitement des rushes et des confos), à Olivier Boischot et ses infographistes, Antoine et Bertrand, (Banc Public), à Eric Moulin et Géraldine Desindes de chez Color’M pour l’étalonnage et le report 35mm, et Peggy Kaufmann chez Arane pour le laboratoire chimique.

Je vous laisse avec Sister Welsh, Henry, Brenda et Jane.

Mother O'Brady (Brigitte Lucas) et Sister Welsh (Anne Brochet) s'affrontent.

Mother O'Brady (Brigitte Lucas) et Sister Welsh (Anne Brochet) s'affrontent...

Sister Welsh (Anne Brochet) défie le Professeur Glencoe

Sister Welsh (Anne Brochet) défie aussi le Professeur Glencoe (Luc Moullet)

 

Mais après avoir été jetée au cachot par les policiers de Plymouth...
Mais après avoir été jetée au cachot par les policiers de Plymouth…
Sister Welsh (Anne Brochet) et ses copines de prison, Jane Ashley (Lily Bloom) et Brenda Mc Cullock (Emilie Gavois-Kahn)

Sister Welsh (Anne Brochet) se fait des amies à la prison Saint James, Jane Ashley (Lily Bloom) et Brenda Mc Cullock (Emilie Gavois-Kahn)

Il avait l'air pourtant incorruptible, cet Henry (Bernard Blancan)...

Belle prestance cet Henry (Bernard Blancan)...

 

Allez, bonne nuit (de Sister Welsh) à tous. Et à très vite… pour la suite.


La première semaine de tournage est terminée. Une semaine étonnante… aucun dépassement, même un peu d’avance. Il faut dire que Jean-Claude est un réalisateur qui n’aime pas quand ça traîne… je crois aussi que la préparation avec Fabien le directeur photo et Nicolas, le premier assistant, a été très efficace. Sur le plateau, ça roule, tout le monde avance vite et dans la bonne humeur. Le réalisateur confirme aussi le bonheur de travailler avec des comédiens aussi talentueux qu’agréables. Bref, du bonheur, aucune catastrophe à déplorer…En plus, le photographe de plateau, Jean-Claude Lother, est « entré en scène » et vous allez découvrir quelques unes de ses photos. Je vous laisse admirer…

Le réalisateur répète avec Luc Moullet, notre Professeur Glencoe

Le réalisateur répète avec Luc Moullet, notre Professeur Glencoe et Jonathan, l'étudiant.

Et avec Anne Brochet, notre superbe Sister Welsh

Et avec Anne Brochet, notre superbe Sister Welsh

Mother O'Brady (Brigitte Lucas) et Sister Welsh (Anne Brochet)

Mother O'Brady (Brigitte Lucas) et Sister Welsh (Anne Brochet)

Henry (Bernard Blancan) à l'installation du plan.

Henry (Bernard Blancan) à l'installation du plan.

sister-welsh-00013

Le même, patient et souriant.

Lily Bloom (Jane Ashley) profite profite d'une pose sur le plateau

Lily Bloom (Jane Ashley) profite d'une pause sur le plateau

Et une très jolie photo pour terminer: l'équipe Image Emmanuel Roudaut (électricien), Olivier Benoist (chef électricien), Sébastien Franchault (chef machiniste), Fabien Lamotte (directeur de la photo) et Christine Mignard (1ère assistante caméra)... et Anne Bennet (directrice de production)

Et une très jolie photo pour terminer: l'équipe Image Emmanuel Roudaut (électricien), Olivier Benoist (chef électricien), Sébastien Franchault (chef machiniste), Fabien Lamotte (directeur de la photo) et Christine Mignard (1ère assistante caméra)... et Anne Bennet (directrice de production)


Grande journée, ce troisième jour de tournage. Une volée de bonnes sœurs, une mère supérieure Mother O’Brady et la plus belle, notre Sister Welsh que les lecteurs assidus de ce blog ne découvriront que dans quelques jours…

Six sisters...

Six sisters...

Vous admirerez dans les photos ci-dessous, la composition de la table du couvent, un vrai Rembrant créé par Stéphane, Gilles et leur stagiaire Félix.

Quelles doublures....

Quelles doublures....

Stéphane contemple son oeuvre

Stéphane contemple son oeuvre

Nos bonnes sœurs étaient de bonnes sœurs…

Les bonnes sœurs

Wouaaaaa

Wouaaaaa

« Burn in Hell femme of Satan » était la réplique du jour…

Burn in Hell

Pendant que certains font les zozos sur le plateau, ça bosse dans le bureau de prod.

Anne, Jonathan, Frantz, Pierre George et Nicolas

Anne, Jonathan, Franz, Pierre George et Nicolas